Pages

Subscribe:

Acheter une machine à coudre pour débutant



Je, tu, elle, nous, vous, elles... cousent !
Pourtant transmise de génération en génération, la machine à coudre reste un objet que l'on aime choisir soi-même, surtout lorsque l'on débute, même si la discipline a bien été boudée un temps.

http://petitlien.fr/machineacoudre



Engagées dans les grandes luttes du siècle qui vont l'amener à l'égalité juridique et morale avec l'homme, les femmes s’émancipent et vont travailler. 



Elles n’ont plus ni le temps ni l'envie de coudre, et sans doute un peu honte de cette activité un peu trop féminine, vécue comme un peu “vieillotte” voir “ringarde”.
Au début des années 80, la broderie connait subitement un regain de popularité.
C’est aujourd’hui, le loisir en vogue. Oui la broderie revient à la mode!

Cocooning oblige, la famille retrouve ses valeurs traditionnelles, se recentre sur l’essentiel. Se ressourcer, faire une pose, reprendre le temps, savourer des moments pour soi, s’adonner à une activité, pour son seul plaisir. Les femmes se remettent aux travaux d’aiguilles. 

Toutes sortes de réalisations sont possibles avec une bonne machine à coudre, que l'on soit pro ou débutante,rafraichir d’anciens vêtements, personnaliser des pochettes, draps, coussins, serviettes, ou encore des sorties de bain. Décorer des accessoires. Créer des tableaux. La broderie très accessible nécessite peu de matériel. Il suffit pour commencer d’une aiguille, d’un fil et d’un support.

Internet facilitent l’apprentissage. Apprendre, comprendre et créer
grâce à des explications complètes, détaillées et surtout en image. De nombreux blogues, des vidéos gratuites de démonstration expliquent les différentes techniques et les différents points.

Tendance : repérer près de chez soi des personnes animées par la même passion, organiser des rencontres “broderie” chez les unes et les autres. Echanger bonnes pratiques et conseils avec des personnes expérimentées et partager de bons moments.

Comment choisir un tissu pour coudre ?



http://petitlien.fr/machineacoudre


Vous avez pris votre décision mesdames ! Votre souhaitez développer votre projet de couture, et bien après avoir choisi votre machine à coudre, il vous faut dorénavant vous familiariser avec les tissus
Ce choix de tissu se révèlera un vrai casse-tête si vous n’avez aucune idée à ce sujet mais après ces quelques conseils vous aurez clarifié vos idées et ce dilemme deviendra un jeu d’enfant et un véritable moment de créativité.
Mais lequel choisir et comment ?
Les critères de sélection varient en fonction ce que vous voulez réaliser 

Le choix des tissus dépend donc des critères suivants :
-Le poids :
Ce critère est souvent associé à l’opacité du tissu car plus un tissu est léger plus il est transparent. .
Par exemple, une jupe devra ^être accompagnée d’une doublure pour ne pas être trop provocant. Tandis que si le tissu est opaque ce n’est pas utile. 

-La rigidité :
Ce critère s’oppose donc à la souplesse d’un tissu.
Par exemple, pour les danseuses classiques, la rigidité du tissu ferait bien tenir la forme de ce dernier alors qu’un justaucorps épousera parfaitement les formes de la danseuse.
Pour effectuer une création vous devez donc faire très attention à ces deux opposés.  

-La matière :
Vous devez donc vous posez la question entre matière synthétique ou naturelle. Les tissus en fibres naturelles tels que le coton, la soie et le lin ont l’avantage d’être respirant et plus saints pour la peau. Par exemple, pour une couette, il existe une multitude de critères qui soient garde la chaleur l’hiver soient permettent une certaine aération.
Pour celles qui ont des petits moyens après l’achat de la machine à coudre, les tissus synthétiques sont la meilleure alternative du à leur faible cout.
Tout dépend donc de vos moyens et de vos envies !

 -L’élasticité :
Rigide ou élastique ? Vous n’avez donc toujours pas fini de vous torturer la tête mais comptez sur ces conseils pour vous aider.
Après avoir mis sur papier votre idée vous devez vous appliquer pour le réaliser au maximum, ainsi après avoir créé votre patron, vous devez choisir un tissu assez facile à coudre donc un tissu rigide. Cependant il faut savoir qu’ils sont plus couteux
Au contraire, on choisira un tissu élastique car ils souffrent moins des défauts de patronage mais il faut noter qu’ils sont plus difficile à coudre.
Tout dépendra de la fonction que vous voulez en faire.
Les tissus élastiques souffrent moins des défauts de patronage mais ils sont plus difficiles à coudre que les tissus non élastiques.
Après ces quelques renseignements sur les différents types de tissus, vous devez aussi vous renseignez sur le prix.
Pour créer un modèle de textile unique et choisir vos tissus favoris vous devez d’abord prendre connaissance de la gamme de prix.
Les prix sont élaborés selon la noblesse du tissu et sont donnés au prix d’un mètre de tissu, ils peuvent ainsi aller de moins d’un euro à plusieurs dizaines.
Les matières nobles telles que la soie ou le satin sont beaucoup plus onéreuses que le polyester qui est assez attractif. Leur provenance peut également faire gonfler la note, comme par exemple pour de belles étoffes venant d'Inde.

Voici quelques exemples de matières textiles qui pourront vous être utile et je vous détaille également  leurs utilisations :
Sachez qu’il existe une multitude de matières textiles sur le marché. Néanmoins, vous devez choisir le tissu qui correspondra le mieux à votre création. 

-Le lin :
Ce tissu naturel est utilisé dans de nombreux domaines tels que les rideaux, les torchons, le linge de lit ou les vêtements. Les tissus en pur lin se présentent sous de nombreuses formes et couleurs. 

-La soie :
Ce tissu noble est également fragile car il prend très vite les tâches qui ne partent pas en général. De plus, il ne faut pas exposer cette matière à la lumière du soleil, surtout lorsqu’elle est très puissante car cela est risque de décoloration du tissu. 

-Le satin :
Cette étoffe lisse et brillante est un symbole de douceur indescriptible au toucher en particulier au niveau de la peau. 

-Le polyester :
Cette matière plastique est issue d’une synthèse chimique et c’est une fibre synthétique assez populaire car elle est la plus produite dans le monde.. 
Son utilisation principale est tournée vers la fabrication des fibres textiles synthétiques dont les plus connues sont le Tergal et le Dacron.
On mélange souvent cette fibre avec d’autres comme la laine ou le coton et son utilisation la plus répandue se situe au niveau de l’habillement.
Néanmoins, d’autres usages lui sont attribués tels que dans l’industrie.

-Le denim : c’est la contraction de « Nîmes », toile de coton assez robuste, ce tissu est souvent utilisé pour la confection de jeans. 

-La flanelle : symbole des quarante-trois ans de mariage, tissu léger et très doux au toucher

-La gabardine : c’est un tissu de coton à mailles serrées qui est relativement imperméable, on l’utilise notamment pour fabriquer des manteaux.

-L’interlock : tissu tricoté et assez extensible du moins plus que le jersey

-Le jersey : c’est un tissu fin tricoté avec des faces différentes. Il est utilisé dans le domaine de l’habillement.

-Le velours milleraies : tissus en velours à côtes fines idéal pour l’ameublement

La nature est extrêmement importante pour vous, vous êtes écologique et prônez pour le respect de l’environnement ? Très bien, j’ai la solution : les tissus bios !
Ce sont des tissus biologiques en matière donc naturelle et issu de l’agriculture biologique. Cela veut dire que les matières premières sont cultivés sans pesticides ni OMG. De plus, en achetant un tissu biologique, vous êtes certaine que chaque étape de la fabrication a respecté des règles très strictes comme par exemple pour la teinture du tissu ou l’impression.

Vous pouvez également demander à un vendeur des morceaux de tissu appelés chutes de tissus mais il faut savoir que la taille est variable et est souvent utilisé pour de petites confections.
Vous pouvez trouver des tissus dans une boutique spécialisée ou bien sur internet.


Comment devenir une bonne couturière ?



http://petitlien.fr/machineacoudre

Au départ amatrice, vous avez pris le goût de la couture et développez une grande passion pour celle-ci, vous voulez maintenant en faire votre métier !
La couture vous a alors réussi car vous pensez avoir trouvé votre voie !
Le métier de couturière vous permettra de développer votre nouvelle activité et aussi votre créativité.
Voici quelques informations concernant cette profession.

La nature du travail :
Votre but : le sur mesure !
Votre client ou votre modèle viendra pour vos qualités de tailleur en herbe, vous allez devoir donc réaliser un vêtement de A à Z et bien sûr élaborer en fonction des bons vouloirs du client ! A vous de faire parler votre créativité tout en respectant les mesures.
Vous allez, tout d’abord, prendre les mensurations du modèle puis lui proposer certains choix, discuter, et échanger avec lui et enfin dessiner le patron. La confection du vêtement va prendre forme petit à petit, choisir le bon tissu, faire le patron, dessiner, couper, coudre, assembler les pièces entre elles, le temps sera votre pire ennemi.
Des retouches seront certainement nécessaire et il faudra recoudre, épingler, resserrer ou même élargir pour avoir LE tombé parfait.
Ce sont des heures sans compter mais le plaisir de voir votre création qui va comme un gant au client est inouï.
Mais ce travail exige tout de même, malgré la motivation, certaines compétences.

Les qualités requises :
Il vous faut être armé(e) de quelques qualités telles que la patience.
La confection d’un vêtement demande beaucoup de temps, soit à titre d’exemple, 25h pour une veste.
Votre client va peut-être vous agacer parfois car vous n’avez pas réaliser exactement ce qu’il souhaitait, votre première arme sera l’écoute. Le client vous donne sa confiance et il ne faut surtout pas le décevoir.
De plus, vous devez être perfectionniste afin d’adopter une certaine rigueur dans le travail. 

Les formations :
Avoir ces qualités ne suffit cependant toujours pas, il vous faut une formation car le talent ne s’invente pas !
Il vous faut un CAP ou un équivalent voire un bac pro ou encore un équivalent. 
Il existe différentes spécialisations dans les CAP, en  voici quelques-uns :
-CAP métiers de la mode-vêtement flou (permet de mieux comprendre les tissus légers)
-CAP métiers de la mode-vêtement tailleur
Il existe aussi des spécialisations dans les bacs pros :
-Bac pro métiers de la mode-vêtements
-Bac pro vêtement sur mesure option A tailleur dame
-Bac pro vêtement sur mesure option B tailleur homme
-Bac pro vêtement sur mesure option C couture flou
Et au niveau Bac +2, il y a le DMA costumier réalisateur.
Grâce à ces formations orientées couture, vous allez apprendre dans des matières spécifiques à coudre mais avec des matières générales comme les mathématiques, le français ou l’histoire-géographie, voire l’anglais vous allez vous cultiver. 

Les débouchés :
En tant que couturière, vous pourrez travailler soit avec les autres (dans un atelier de retouche, dans un atelier de confection…) soit à votre propre compte, soit encore auprès des particuliers…
C’est à vous de choisir ce qui vous convient le mieux, mais sachez qu’il est toujours préférable en tant que débutante dans le métier de commencer auprès des professionnels qui ont plusieurs années d’expériences ce qui vous permettra d’avoir des références après.
La dernière option qui est de travailler auprès des particuliers est la voie la plus rémunératrice.

Cette dernière qui est extrêmement exigeante demande un soin du détail très important.
Il est sûr que vous ne compterez plus vos heures dans ce cas mais les plus motivées pourront tenter leurs chances auprès de grands créateurs.
Si vous ne voulez pas trop que cela vous prenne de temps ou bien avoir un autre métier à côté, vous pouvez toujours vous inscrire à des ateliers collectifs pour embellir votre passion aux côtés des autres, ou alors si vous voulez vraiment apprendre vous pouvez participer à des cours particuliers. 

Vous pouvez également développer une activité à l’extérieur comme dans une maison de retraite pour les personnes âgées ou auprès des enfants dans des centres de loisirs…
Sachez également que l’on recrute dans les métiers du spectacle, on aura toujours besoin de costumière dans ce domaine donc allez-y à cœur joie, cela peut se révéler une expérience très enrichissante !
Les costumes ont pour but de retranscrire une époque, un style ou une émotion particulière et c’est le metteur en scène qui va exprimer ses envies donc à vous d’être à l’écoute et de retranscrire ce qu’il désire.
Parfois le costumier dessine puis fait fabriquer ces créations mais la plupart du temps, c’est lui qui les confectionne lui-même.

Vous avez également le choix entre être indépendant ce qu’est le plus souvent une couturière ou être avec d’autres personnes c’est-à-dire en atelier.
Une couturière indépendante exerce à domicile parfois avec des employés. Elle travaille pour des particuliers ou en sous-traitance pour des maisons de haute couture.
Néanmoins, elle peut aussi gérer sa propre boutique mais elle aura plus qu’une tâche d’artisan et devra s’occuper de l’entretien du local et de l’accueil des clients. Des employés seront alors utiles.
Une couturière peut aussi être employée, les femmes sont souvent vues comme les « petites mains ».

Votre salaire :
En tant que débutant, il s’échelonnera depuis le SMIC jusqu'à des salaires plus élevés si vous intégrez des maisons prestigieuses ou travaillez chez des créateurs de prêt-à-porter.

Marché du travail :
Au niveau du marché du travail, pour l’intégrer il reste assez fermé comme en démontre les chiffres : moins de 300 maîtres tailleurs et environ 10000 artisans en France.
Ainsi les grands créateurs emploient encore des couturiers qualifiés mais peu. Votre but principal est de sortir du lot, pour cela appropriez-vous votre propre style et soyez ambitieux !

Néanmoins, il est à savoir que les grandes industries de prêt-à-porter proposent des vêtements de toutes sortes à des tarifs compétitifs.
Pour augmenter ses revenus, la couturière peut vendre divers objets de mode comme des bracelets, des écharpes ou encore des produits de mercerie.

Un des principaux buts du couturier, pour réaliser des bénéfices est de fidéliser sa clientèle grâce notamment au dialogue avec son client et à son service de qualité.
La majorité des couturiers sont des couturières, et oui mesdames ce métier est majoritairement féminin encore aujourd’hui. 

Dons n’hésitez plus ! Vous êtes dorénavant armer pour devenir une couturière hors pair !

La couture à la machine, les débuts





http://petitlien.fr/machineacoudre

Derrière les merveilleuses robes brodées des grandes maisons parisiennes, se cachent un gigantesque effort et de patience des artisans couturier français. Son histoire remonte au milieu de 19éme siècle avec les perles de jais en gélatine, avant même l’apparition du plastique. Un siècle après, avec l'avènement des nouvelles apparences et l'explosion des couleurs, la couture française à bouleversé le monde de la mode.



De nos jours, pour apprendre la couture, il n'est pas nécessaire d'avoir de grandes connaissances, mais plutôt d'aimer cet art et de savoir être patient, on peut très bien progresser chez soi en freelance en mode DIY de la couture (Do It Yourself en anglais, qui se traduit par Je fais Moi-Même). À la base, elle consiste à exécuter l'assemblage des morceaux de tissu par une suite de points qui les fixent sur leurs bords, pour parvenir à produire des vêtements sur mesure.

Beaucoup de gens recherchent des formations gratuites en couture, broderie, peinture ou éducation esthétique pour leur permettre de créer leur propre entreprise.

Pour commencer nous avons premièrement besoin des ciseaux pour le découpage.  Ainsi, vous avez le choix entre les grands ciseaux qui permettent de couper le tissu dans les lignes droites, et avoir une petite main pour insérer l'index et les neuf autres doigts. Ou bien le choix des petits ciseaux (pas plus de 12 cm), pour la construction de boutonnières et la mise en œuvre de certaines courbes et les découpes qui ont besoin d'une grande précision.

Après, la mesure est réalisée grâce au ruban à mesurer qui est une bande qui a souvent une couleur et des chiffres numérotés de 1 cm à 150 cm. Ou bien grâce à la règle lettre T, qui a une longueur maximale de 100 cm (cette longueur est préférée), le meilleur type étant la règle transparente et non la règle en bois.

Enfin, il faut bien savoir que la compétence des artisans français est inégalable, et qu'il y a "pas de robes de haute couture sans brodeurs" comme l'explique Karl Lagerfeld, le directeur artistique de la maison de haute couture Chanel à Paris.